ARTICLES RÉCENTS

LA PERSONNE ET LE SACRÉ

Expérimentation Primesautière
Weil #1

Actualité 12

En 2018 !
Mais il faut « toujours » bien vivre !

Actualité 11

Festival Avignon OFF 2017
Est-ce qu’un cri de lapin qui se perd dans la nuit
peut encore effrayer une carotte ?
au Théâtre des Halles

Actualité 10

En mai, fais ce qu’il te plaît !
Mais il faut bien vivre ! au festival Théâtre en mai 2017

Actualité 9

Ça quand même
de Denis Mariotte et Maguy Marin
Expérimentation primesautière 2017

LA PERSONNE ET LE SACRÉ

de Simone Weil
Expérimentation primesautière – Weil #1

_______

Lundi 07 Mai 2018 à 20h
Théâtre Jacques Coeur, Lattes
Entrée Libre
_______

Avec un groupe de 10 personnes, nous nous sommes emparés du texte La personne et le sacré de la philosophe Simone Weil et avons tenté d’en faire l’expérience du plateau avec les questions suivantes comme jalons de cette Expérimentation Primesautière dont nous rendons compte aujourd’hui : Comment faire de la scène un laboratoire artistique pour le déploiement d’une pensée philosophique ? Comment faire dialoguer et circuler théâtralement au sein d’un groupe, les arguments qu’elle propose ?? Et comment rendre cette expérience de pensée transmissible au public ???

Cette Expérimentation Primesautière, point de départ du nouveau cycle de travail ouvert par la compagnie autour de la philosophe Simone Weil, donne à entendre ce texte écrit dans les dernières années de sa vie. Il interroge la notion de « Personne » , et nous invite à prendre de la hauteur et à réfléchir sur ce qui est « sacré » en chacun de nous, et qui se situe au-delà des institutions, du droit et des libertés démocratiques.

L’œuvre de Weil est à la fois un émerveillement de la pensée et une singulière plongée dans le vertige qu’elle suscite. Weil était une philosophe qui au fil de son œuvre n’a cessé de proposer des solutions concrètes pour son époque et pour une société plus juste. Les mots de Bonté, Bien, Mal, Justice, Vérité et Beauté sont des mots qu’elle n’a cessé d’interroger et de mettre au centre de sa philosophie. Ces mots, aujourd’hui raillés de toutes parts par le cynisme ambiant, et qui, dès qu’ils sont prononcés se voient toujours taxé de naïveté, de rêverie et/ou de démagogie, sont pourtant bien, à l’aune de nos sociétés contemporaines individualistes, à réinterroger et réaffirmer.

La puissance et la rigueur de ce vertige (parfois insupportable) que provoque la pensée de Weil est à notre sens une formidable opportunité d’inventorier, entre le « malheur et la joie » , ce qui pourrait faire aujourd’hui « du bien à l’âme » .

______

« Il y a depuis la petite enfance jusqu’à la tombe, au fond du cœur de tout être humain, quelque chose qui, malgré toute l’expérience des crimes commis, soufferts et observés, s’attend invinciblement à ce qu’on lui fasse du bien et non du mal. C’est cela avant toute chose qui est sacré en tout être humain.  Le bien est la seule source du sacré. Il n’y a de sacré que le bien et ce qui est relatif au bien. »  Simone Weil

_________________________________________________________________________________

Mise en scène : Virgile Simon / Antoine Wellens
Jeu : Lucien Doljac, Rose-Anne Duboisset, Lucie Folch, Martine Levrero, Mathieu Marchal, Pascale Mercier, Sophie Moreno, Sandrine Rodrigues, Françoise Silhol, Roselyne Touflet.

©L.F.W.D