DATES

31 janvier 2017
Théâtre Jacques Coeur, Lattes
19h et 21h

Représentations passées :

9 décembre 2015
ANIMA / Le ZO, Nîmes
Avec le Théâtre du Périscope

27 janvier 2014
SN de Sète et du Bassin de Thau

Présentée dans plusieurs restaurants et cafés de Montpellier et chez des particuliers.

L'ÉQUIPE

Lecture apéritive servie par Antoine Wellens

Lecture
Antoine Wellens

Regard de l’oreille
Virgile Simon

PRODUCTION

Production :
Primesautier théâtre

Lecture du carnet de vie ou de route de Jeanne Wellens, dite Diana, artiste de cirque dans les années 1920/30 écrit à la fin des années 70 pour son petit-fils Antoine Wellens.

Et c’en était fini de nos petits ricards d’Antoine Wellens – Ce texte a été publié en 2014 en micro-édition par les Éditions de l’Appartement.

Consulter des extraits du texte

Et c’en était fini de nos chers petits ricards

Récit de Diana Wellens, trapéziste

Lecture par Antoine Wellens

         « De tout temps j’ai aimé raconter des histoires aux enfants. Les yeux attentifs et émerveillés de ces chers petits m’ont toujours enchantée. C’est pourquoi au crépuscule de ma vie, j’ai pensé à en composer une avec des événements réels que je te dédierai mon cher petit-fils. Tous les détails cités plus loin ont été vécus par ta grand-mère qui a aujourd’hui 82 ans ».

       Puissent-ils t’intéresser quelques instants ? Je suis payée par avance par tous les sourires que tu m’accordes lorsque je suis près de toi et je te dis merci.

       Début du carnet de vie ou de route de Jeanne Wellens, dite Diana, artiste de cirque qui décrit, pour son petit-fils Antoine Wellens sa tournée dans le monde… C’est un récit simple et foisonnant, regorgeant d’anecdotes et d’aventures qui raconte l’incroyable vie d’une femme entre La Havane, Cuba, Tunis, Alger et New York dans les années 1920 / 1930, qui nous montre post mortem « le monde et l’œil qui le regarde » durant cette période.

       « J’ai retrouvé ce carnet il y a quatre Noëls de cela dans les archives paternelles. Formidable choc de recevoir d’outre-tombe un pan de vie entier qui s’adresse à moi. Formidable document aussi que la parole de cette femme que j’ai peu connue et qui me laisse par ces écrits des questionnements sur l’héritage et la transmission, sur ma vie présente et le parcours qu’il me reste à accomplir, sur un monde que je n’ai pas connu et le nôtre qu’il me reste à parcourir, sur Harlem, la vie américaine, sur la manière de s’échapper d’un hôtel par les cuisines, sur la liberté, l’aventure, sur la difficulté du ravitaillement en alcool dans un train parcourant la Havane… Alors, aujourd’hui, la question demeure, inquiétante et entêtante : si ce n’est pas la fin des haricots, en est-il vraiment fini de nos chers petits Ricards ? ».

Antoine Wellens

 

Un texte témoignage

_______________________________________________________________________________

Outre le folklore familial flirtant avec le conte de noël (un carnet retrouvé dans des archives), l’intérêt de ce texte livré par ma grand-mère réside dans le témoignage des pans historiques, sociologiques et triviaux de son époque et du regard qu’elle porte sur sa vie.

Témoignage d’écriture. Tout d’abord la langue même du texte et le vocabulaire employé. En effet les mots choisis et leur articulation  témoignent à leur manière d’une époque. Souvenir des années 1930 écrit en 1976, le texte est riche, foisonnant, et permet des aller et retour dans le temps, entre les années 20, les années 70 et aujourd’hui, et atteste aussi du mode de pensée de ces années là.

Témoignage historique sur la vie d’artiste de cirque. Comment les numéros étaient présentés, les tournées organisées, les contrats dressés et parfois même rompus. Par son regard et sa vie ma grand-mère livre un pan de l’histoire du cirque, de son importance et de la vie quotidienne en tournée…

Témoignage sur la société et les pays visités, sur l’organisation politique de cette époque. Certains passages (notamment sur Harlem et le capitalisme américain) résonnent encore aujourd’hui étrangement.

Témoignage d’une femme libre, émancipée qui, pour rompre l’ennuie de sa place de secrétaire, invente sa vie au gré des voyages et des aventures, ne revendiquant aucun combat féministe mais faisant de son parcours une ode à la liberté et à l’invention de sa vie et de sa place.

Témoignage sensible et tendre d’une grand mère à son petit fils, évoquant la transmission entre les époque et les générations, témoignant avec simplicité de la place de la filiation, de la famille, de la transmission, des valeurs et de l’envie profonde d’avoir un enfant puisque ce récit s’achève sur la venue de mon père.

Enfin, témoignages photographiques. Dans ce carnet retrouvé, au long des pages ma grand-mère a collé des photos de cette époque. Elles sont projetées durant la lecture et peuvent aussi faire l’objet d’un tirage papier et être ainsi exposées.