DATES

CRÉATION 2024

Théâtre Jean Vilar, Montpellier (34)

CRÉATIONS 2023
PORTRAITS MANIFESTES
Petites formes préambules
à la création associant un interprète et un créateur sonore

#Mais que fait la police ? Stefan Delon + Martin Marquès Dos Santos // #La tête de l’emploi ? Amarine Brunet + Tristan Castella // #J’vais pas vous mentir !
Virgile Simon + Tristan Castella // #Et là la violence elle a commencée ! Fabienne Augié + Martin Marquès Dos Santos

– 13 et 14 Janvier 2022 : La Baignoire, Montpellier (34)
#Mais que fait la police ? 

– Du 18 au 23 Avril 2022 : La Cave Poésie, Toulouse (31)
#J’vais pas vous mentir !

25 Novembre 2022 :Théâtre Jean Vilar, Montpellier (34)
#C’est là où la violence elle a commencée !

7 Décembre 2022 : Théâtre Jean Vilar, Montpellier (34)
#Mais que fait la police ?

13 Janvier 2023 : Théâtre Jean Vilar, Montpellier (34)
#La tête de l’emploi ?

10 Février 2023 : Théâtre Jean Vilar, Montpellier (34)
#J’vais pas vous mentir ! 

L'ÉQUIPE

Conception et Mise en scène :
Virgile Simon & Antoine Wellens
Jeu : Fabienne Augié, Amarine Brunet, Stefan Delon, Virgile Simon
Univers sonore et musical :
Tristan Castella & Martin Marquès
Dos Santos
Prise de son et réalisation des entretiens : Jean Constance et
Lorrie Le Gac / Production Radio Gi·ne
Sociologie & Ethnographie :
Jean Constance
Photographe : Fabienne Augié
Plasticien : Martin Marquès Dos Santos
Chargée de Production : Émilie Barthés

PRODUCTION

Production : Primesautier Théâtre
Co-production :
Théâtre Jean Vilar,
Montpellier (34) Domaine d’Ô, Montpellier (34)

Accueil en résidence : La Baignoire, Montpellier (34)
La Cave Poésie (31)

!MANIFESTE!

Création Théâtrale / Documentaire et Sonore

À certains moments de l’histoire, un grand souffle passe sur les masses ; leurs respirations, leurs paroles, leurs mouvements se confondent. Alors rien ne leur résiste. Les puissants connaissent à leur tour, enfin, ce que c’est que de se sentir seul et désarmé ; et ils tremblent.  S. Weil.

ÉSTHÉTISATION DU DOMAINE DE LA LUTTE

Par le biais d’enregistrements sonores restitués au moyen de casques dont sont équipés les comédiennes et comédiens, le projet !MANIFESTE!, construit en partenariat avec RADIO GI·NE et le sociologue Jean Constance, propose de faire entendre les témoignages de protagonistes en action dans différentes manifestations (black-blocks, CRS, street-médics, policiers, avocats, manifestants…) Il laisse également apercevoir, en filigrane, le travail journalistique des personnes engagées dans cette web Radio.

Il ne s’agit pas ici d’interroger les revendications liées à tel ou tel mouvement mais plutôt de comprendre ce qui pousse et/ou motive un citoyen, une citoyenne, à descendre dans la rue, à devenir militant ou militante. C’est chercher à appréhender ce qui se passe dans la tête des forces individuelles en présence lors de manifestations.

Pour ce faire, RADIO GI·NE nous ouvre ses archives à partir desquelles nous établirons une pièce sonore à destination des comédiens et comédiennes qui restitueront en direct les témoignages qu’ils entendent au moyen de casques audio. À ces témoignages, se superposera un univers sonore et musical créé à partir des sons et des ambiances de manifestations.

La pièce nous plongera donc au cœur d’une manifestation poétique et documentaire où les témoignages, les corps des acteurs et des actrices incarnant pléthores d’évènements liés à ces luttes, redonneront de l’épaisseur et de la profondeur aux images souvent réductrices véhiculées par les médias de masses.

Le travail se fera en deux temps et sur deux saisons. Nous nous emparerons tout d’abord de la matière sonore en proposant des « portraits », formes intimistes réunissant un créateur sonore et un acteur. Nous nous retrouverons ensuite pour faire dialoguer entre eux les différents portraits travaillés en amont puis nous établirons le montage sonore de la pièce à destination de l’équipe au complet.

Dispositif Artistique de Sécurité Globale

Au centre de l’espace, sur une table, la régie son. Entourés de « barrières de foule » en métal,(appelées aussi barrières de police, ou barrières Vauban) les acteurs et actrices, équipés de casques audio, gravitent autour de ce studio radio de fortune et retranscrivent en direct les témoignages qu’ils entendent. Tour à tour intervieweurs et interviewés, ils et elles sont dans l’immédiateté de la parole, dans l’urgence de ne pas perdre le fil de ce qu’ils entendent. Tout en continuant de témoigner, les corps eux, évoquent différents moments, différentes images possibles d’une manifestation. Par l’évocation, reconstituer des « morceaux de réel », replonger les corps dans la lutte et dans les émotions liées à celle-ci.

Le public, de son côté est plongé au cœur d’un dispositif musical, sonore et immersif. Spatialisé, cet univers est composé par les artistes Tristan Castella et Martin Marquès Dos Santos à partir de cette matière vivante que représentent les sons, les ambiances et évènements réels de ces manifestations.

La scénographie sera enrichie de photos grandeur nature de manifestants et manifestantes, réalisées par la photographe Fabienne Augié, et de banderoles, de pancartes, conçues par le plasticien Martin Marquès Dos Santos. Ces silhouettes et objets manipulés par les acteurs et actrices durant cette manifestation artistique viendront compléter les tableaux et redonner l’épaisseur d’une foule.

Au cœur de ce voyage sonore et visuel, les corps et les voix des acteurs donnent à entendre l’intimité des personnalités qui composent de tels rendez-vous. Des voix parfois contradictoires selon le « camp » (des fois le même) dans lequel on se trouve. Cela nous permet d’apercevoir de manière plus complexe et parfois plus terrible aussi, ce qui se cache derrière les résumés à sensation et les raccourcis que nous montre la télévision. De révéler ce qui existe derrière les vies « d’en dessous les pancartes », derrière les casques ou les cagoules, derrière la violence présumée ou bien réelle…

Le manifeste de !MANIFESTE!

PARCE QUE de tout temps, les luttes ont fait l’Histoire et changé les sociétés.
PARCE QUE aujourd’hui encore, les combats continuent et semblent se multiplier autour de larges revendications : Climat, migrants, violences, antifascisme…
PARCE QUE ces mouvements citoyens, s’ils génèrent parfois de la violence et de l’inquiétude, sont aussi source d’espoirs. Ils montrent que des hommes et des femmes se décident à agir pour ou contre quelque chose, pour une cause, pour avoir, peut-être, enfin, prise sur un monde dont ils et elles se sentent souvent exclus.
PARCE QUE ces rassemblements, quelle que soit la forme qu’ils prennent, peuvent être source de joies, d’inventions, de créativités.
PARCE QUE ils réunissent les différences, permettent une réappropriation de l’espace public, de la parole citoyenne.
PARCE QUE ils nous font ressentir ce que c’est que d’être, de parler, d’agir, et de réfléchir ensemble, de rompre les solitudes qui toujours nous éloignent les uns des autres.
PARCE QUE il s’agit de rendre hommage à ce temps que chaque citoyen et citoyenne prend sur son travail, sur sa vie pour dire quelque chose au monde, pour exister aux yeux de tous et toutes, pour retrouver de la dignité, pour, malgré ses intimes contradictions, tenter de peser dans le poids des décisions.
PARCE QUE une voix est une voix, et pas seulement un vote.

Pour toutes ces raisons, nous avons imaginé !MANIFESTE!. Comme un hommage à ces anonymes qui participent à ces actions. Faire entendre la parole de celles et ceux qui sont bien souvent résumés à des images de violences ou des personnes sans pensée. !MANIFESTE! ne porte pas sur les causes spécifiques à une lutte, bien qu’elles soient sous-jacentes, mais s’intéresse aux personnes, aux témoignages, aux corps, aux images, aux modalités d’actions, aux slogans, aux chansons, à l’énergie de l’individu au cœur de ces luttes, mettant en lumière les contradictions et paradoxes intrinsèques à ces manifestations.

RADIO GI·NE

RADIO GI·NE est née à Montpellier en février 2019, en plein mouvement des Gilets jaunes.

Dès le mois de décembre 2018, le pouvoir exécutif, sourd à la contestation sociale, a tenté de réprimer les manifestants au moins de trois manières :

PHYSIQUEMENT, en exerçant sa violence par l’intermédiaire de la police.
JURIDIQUEMENT, en faisant voter des lois liberticides et en condamnant en conséquence de très nombreux manifestants.
SYMBOLIQUEMENT, enfin symboliquement en étouffant et en discréditant le discours contestataire par l’intermédiaire de médias sous contrôle.

Face au monopole du discours d’État, RADIO GI·NE a voulu s’imposer localement en donnant la parole à celles et ceux qui, chaque jour, luttaient contre des conditions de vie difficiles, économiquement, socialement, moralement.

Pendant de longs mois, RADIO GI·NE a ouvert son antenne en direct à des citoyens au chômage, des travailleurs pauvres ou précaires, des associations humanitaires ou d’aide à la personne, un avocat, un policier, des agriculteurs, des juristes, des personnels de santé, des écologistes, des enseignants, des artistes, des journalistes, des étudiants et des lycéens… afin de comprendre les points de vue de chacun sur les changements souhaitables ou non de notre société.

RADIO GI·NE a été et continue d’être le témoin d’une population en lutte pour ses droits, pour la protection de l’environnement, pour les libertés publiques, pour une société ouverte, tolérante, égalitaire et juste.